Posted in Côté parents

Ouvrez le cartable de votre enfant chaque jour

Professeur des écoles et maman de trois enfants, j'ai toujours été passionnée par les relations humaines. L'éducation est une thématique qui s'est imposée progressivement dans ma vie. J'exerce dans une école en REP (Réseau d'Education Prioritaire), ce qui m'a mise au contact de situations familiales complexes, où les parents ne se sentent pas toujours à la hauteur dans l'accompagnement de la scolarité de leurs enfants. C'est pourquoi je tente de faire converger mes expériences professionnelles et personnelles afin de partager des ressources autour de la méthodologie scolaire.
Ouvrez le cartable de votre enfant chaque jour Posted on 15 novembre 20182 Comments
Professeur des écoles et maman de trois enfants, j'ai toujours été passionnée par les relations humaines. L'éducation est une thématique qui s'est imposée progressivement dans ma vie. J'exerce dans une école en REP (Réseau d'Education Prioritaire), ce qui m'a mise au contact de situations familiales complexes, où les parents ne se sentent pas toujours à la hauteur dans l'accompagnement de la scolarité de leurs enfants. C'est pourquoi je tente de faire converger mes expériences professionnelles et personnelles afin de partager des ressources autour de la méthodologie scolaire.

Nous verrons l’utilité des rituels institués pour le travail à la maison. Il est un rituel que vous devez vous imposer : ouvrir le cartable de votre enfant chaque jour.

Un lien entre l’école et la maison

photo crayon de couleur

Ce geste en apparence anodin est en réalité un puissant lien avec la scolarité de votre enfant.Le cartable véhicule une partie des informations dont vous avez besoin pour savoir où en est votre enfant, et son inspection est également rassurante pour l’enfant, même s’il fait mine du contraire : cela prouve que vous êtes impliqué(e) et que vous n’êtes pas indifférent(e) à ce qui constitue les ¾ de sa journée.

Ouvrir le cartable quotidiennement permet de :

  • consulter le cahier de liaison, et donc savoir qu’il faut penser à mettre l’argent de la sortie ou signer le mot (et éviter une semonce à votre enfant par le maître ou la maîtresse)
  • vérifier l’état du matériel
  • Consulter cahiers et leçons, ce qui permet de rectifier le manque d’un document en appelant un autre parent par exemple (nous verrons comment aider l’enfant à acquérir de l’autonomie dans ce domaine)
  • retrouver des objets transportés illicitement à l’école et de refaire le point sur les objets autorisés à la récréation.

Un temps de mise au point avec votre enfant

Ce moment doit être partagé avec votre enfant et permettre une transition avec le temps de devoirs, (même si les mises au point « sensibles » : « Tu as encore oublié ton cahier rouge à l’ école ? Ça fait 3 fois cette semaine !! » gagnent à être différées) et peut être un support pour un temps quotidien de discussion (« Tu travailles sur la Préhistoire ? Tu te souviens quand on a visité cette grotte ? »).

Se tenir quotidiennement à jour sur ce que vit votre enfant à l’école permet de s’organiser, de ne pas être pris de court (« quoi, tu as une évaluation d’histoire demain et c’est la première fois que je vois ces leçons?!! »), et donne à votre enfant la certitude que vous vous intéressez à sa scolarité.

Pour un autre article dédié à l’attention porté à votre enfant en tant qu’élève, c’est ici :

http://www.marina-barreau.com/etre-lecoute-sinteresser/

Professeur des écoles et maman de trois enfants, j'ai toujours été passionnée par les relations humaines. L'éducation est une thématique qui s'est imposée progressivement dans ma vie. J'exerce dans une école en REP (Réseau d'Education Prioritaire), ce qui m'a mise au contact de situations familiales complexes, où les parents ne se sentent pas toujours à la hauteur dans l'accompagnement de la scolarité de leurs enfants. C'est pourquoi je tente de faire converger mes expériences professionnelles et personnelles afin de partager des ressources autour de la méthodologie scolaire.

2 comments

  1. Article clair et utile. Je trouve difficile de différer “les mises au point « sensibles » : « Tu as encore oublié ton cahier rouge à l’ école ? Ça fait 3 fois cette semaine !!”. Ce qui est gênant avec le cahier oublié, c’est que l’enfant en avait justement besoin pour faire ses devoirs. Et alors, à chaque oubli, il faut appeler un autre parent de la classe. Heureusement, je ne m’énerve plus autant qu’avant. J’appelle.
    Je regrette d’avoir l’impression de retourner sur les bancs de l’école et d’être coincée à la maison. Ce dimanche les devoirs ont duré 3h45. Nous ne sommes pas allés au parc…

    1. Effectivement, dans ce cas le parent se punit autant que l’enfant! Si j’ai une proposition à faire, c’est de ne pas rallonger le temps initialement décidé pour les devoirs, quitte à fractionner la tâche (ce qui demande d’anticiper, c’est une autre contrainte). Mieux vaut faire deux “sessions” d’une heure le samedi et le dimanche plutôt qu’un bloc indigeste sur une seule journée!Par ailleurs, l’oubli des cahiers peut être une occasion de rappeler à l’enfant sa responsabilité. Lui faire comprendre qu’on ne va pas appeler d’autres parents à chaque fois, et que c’est à lui d’y penser! Si cela se reproduit, on le laisse assumer. A moins que l’enseignant soit un personnage qui terrorise votre enfant, il peut être bon de dire calmement: “Bon, eh bien, tu en parleras avec ton enseignant(e) et tu verras avec elle/ lui comment rattraper ton retard.” Il s’agit d’en faire une opportunité de grandir en autonomie!
      Bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *