Susie Morgenstern | Portrait d’une plume inimitable

Star de la littérature jeunesse depuis les années 80, Susie Morgenstern fascine par ses talents d’écriture et sa personnalité excentrique. Cette femme aux lunettes roses en forme de cœurs est l’autrice de plus de 150 livres à succès pour enfants et ados, souvent inspirés de son vécu. Tu aimerais en savoir plus sur cette figure incontournable de la littérature enfantine ? Tu ne connais pas encore sa bibliographie et ne sais pas par quel ouvrage commencer ? Pas de panique ! Voici notre portrait de Susie Morgenstern, avec une suggestion de 3 lectures pour démarrer.

La vie atypique de Susie Morgenstern

Avant 18 ans : entre judaïsme et féminisme

Susie Morgenstern (Hoch de son nom de jeune fille) est née le 18 mars 1945 à Newark, aux États-Unis. Elle a connu une enfance heureuse dans le New Jersey, couvée par un « clan de femmes », et immergée dans la culture juive familiale.. 


Si Susie n’est pas franchement croyante, le judaïsme la passionne depuis toujours. Elle a fréquenté une école primaire juive et étudié à Jérusalem, en Israël. Elle parle couramment l’hébreu et comprend le yiddish. Cette identité influe évidemment sur son œuvre. Dans Barbamour, par exemple, elle raconte les déboires d’une jeune fille juive, incomprise par sa famille pour avoir accepté un emploi saisonnier de père Noël dans un grand magasin.

Adepte d’un mouvement religieux souple, la famille Hoch n’adhère pas totalement aux mœurs des années 50. Le père, discret, n’a pas le profil d’un chef de famille traditionnel. La jeune Susie, très complice avec sa mère et ses deux sœurs, grandit en revanche auprès de femmes de caractère, à l’indépendance farouche. C’est à ce modèle familial que l’on doit la série de BD La famille trop d’filles, consacrée au quotidien parfois rocambolesque de 6 sœurs et leur unique frère.


Entourée de femmes fortes, Susie Morgenstern, qui a pris la plume dès l’âge de 7 ans, n’en rêve pas moins du grand amour. Peut-être pressent-elle qu’une passion dévorante va changer le cours de son existence ?

Susie écrit depuis l’âge de 7 ans

L’exil par amour et l’arrivée du succès

C’est à 18 ans, en Israël, que sa vie bascule. Elle rencontre Jacques Morgenstern, son âme sœur. Ils ne parlent pas la même langue, mais qu’importe, Susie plaque tout pour s’installer en France avec celui qui deviendra son mari. Le choc culturel est grand, mais Susie ne se laisse pas abattre. Elle apprend le français, fait une thèse en littérature, et fonde une famille (elle a deux filles, Aliyah et Maya). Elle enseigne longtemps l’anglais sans enthousiasme, et continue d’assouvir sa véritable passion : l’écriture, à présent dans la langue de Molière (ce qui lui vaudra le surnom de « la plus Française des écrivaines américaines »).


Dès le début des années 80, les livres de Susie Morgenstern rencontrent un franc succès. Elle devient l’une des figures emblématiques de la littérature jeunesse francophone, grâce à ses best-sellers C’est pas juste (1982), La Sixième (1985), Lettres d’amour de 0 à 10 (1996), et tant d’autres. Elle est nommée officier de l’ordre des Arts et des Lettres en 2005, et chevalier de la Légion d’honneur en 2016. Mais la notoriété n’empêche pas le malheur : Jacques meurt d’un cancer en 1994. Anéantie, Susie attendra 10 ans pour refaire sa vie. En 2016, elle apprend qu’elle souffre elle-même d’un cancer du sein. Aujourd’hui en rémission, Susie Morgenstern profite de ceux qu’elle aime, et de cette vie pleine de rebondissements, source d’inspiration inépuisable pour ses livres.

Une œuvre très personnelle


Certains livres de Susie Morgenstern sont partiellement autobiographiques, comme La première fois où j’ai eu seize ans, basé sur sa propre expérience du secondaire (elle y évoque notamment son combat pour intégrer le groupe de jazz du lycée, jusque-là réservé aux garçons). D’autres nous dévoilent un peu de ses proches, comme La Sixième, largement inspiré de l’entrée au collège de sa fille Mayah. Enfin, dans ses ouvrages les plus récents, il n’est pas rare de croiser des personnages répondant aux prénoms de ses petits-enfants (Yona dans La Photo, Noam dans PAS, Emma dans la série d’albums qui lui est dédiée…).

Mais surtout, les romans de Susie Morgenstern lui permettent de transmettre ses valeurs et ses espoirs. Ceux d’un monde où les religions et cultures cohabiteraient en paix, comme dans Les deux moitiés de l’amitié, qui décrit l’affection naissante entre un jeune garçon musulman et une fillette juive. Ou encore, ceux d’une école française moins rigide et plus inspirante. Le thème de l’école est d’ailleurs celui qui revient le plus souvent dans ses livres, de La Sixième à Même les princesses doivent aller à l’école, en passant par Joker, dans lequel elle décrit un prof idéal, aux méthodes d’enseignement inédites dans l’hexagone.

Finalement, chaque ouvrage de Susie Morgenstern nous livre un petit bout de sa personne. Mais alors, par lequel commencer ? Voici nos chouchous !

Notre top 3 des livres de Susie Morgenstern

Lettres d’amour de 0 à 10

À 10 ans, Ernest mène une existence austère aux côtés de sa grand-mère. Sa seule occupation palpitante de la semaine : l’examen minutieux d’une lettre codée, écrite par son arrière-grand-père pendant la guerre. Ce courrier n’est pas le seul mystère dans la vie du garçon, qui se demande pourquoi son père l’a abandonné. Quand Victoire, une nouvelle et pétillante camarade, fait irruption dans le quotidien d’Ernest, ce dernier apprend à s’ouvrir au monde. Il entraîne sa grand-mère avec lui, jusqu’à lever le voile sur l’identité de son père et les raisons de son départ.

Lettres d'amour de 0 à 10
https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/lettres-damour-0-a-10

La sixième

Ça y est, Margot entre au collège ! Pour de nombreux enfants, passer en sixième est un cap aussi exaltant qu’inquiétant. Dans ce roman, nous suivons Margot dans sa première année d’enseignement secondaire, synonyme de chamboulements, de prise d’indépendance, et d’amitiés nouvelles. Affronter les aléas de ces premiers mois dans la cour des grands n’est pas toujours simple. Heureusement, l’adolescente peut compter sur le soutien de sa drôle de famille. Aussi réaliste que bourrée d’humour, La Sixième est une histoire touchante à mettre entre les mains de tous les (futurs) collégiens !

La sixième
https://livre.fnac.com/a214923/Susie-Morgenstern-La-sixieme

Privée de bonbecs

De drôles de symptômes apparaissent un jour chez Myriam. Troubles du sommeil, nausées et vomissements, sensation de soif et envie d’uriner fréquentes… le verdict tombe : Myriam est atteinte de diabète. Dès lors, elle doit apprendre à vivre différemment, dans un monde où les tentations sucrées sont nombreuses pour les enfants gourmands.

Privée de bonbecs
https://livre.fnac.com/a12433422/Susie-Morgenstern-Privee-de-bonbecs-poche

Susie Morgenstern a co-écrit ce livre avec sa fille, Mayah Morgenstern, quand cette dernière était interne en médecine à l’hôpital de Lille. Un ouvrage tendre, qui met un coup de projecteur sur le diabète, maladie aussi courante que méconnue du grand public.


Pas sûr.e d’aimer suffisamment la lecture pour te lancer ? Dans ce cas, peut-être qu’avant d’attaquer la bibliographie de Susie Morgenstern, tu devrais jeter un œil à ces 2 livres qui donnent envie de lire !

Merci à Anouck pour cette contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.