Comment éviter la procrastination ?

Votre enfant rentre de l’école et vous réclame un goûter, quoi de plus normal ? Puis, il demande un quart-d’heure de tablette ou de console de jeu. Alors que le quart-d’heure est largement dépassé, vous le découvrez, vautré sur le lit de son frère ou sa soeur, en train de dévorer une BD. De fil en aiguille, voilà une heure qu’il est rentré de l’école et qu’il n’a pas ouvert son cartable !

Votre enfant est en train de procrastiner, c’est-à-dire repousser le moment de faire ses devoirs.

Comment l’aider à dépasser ce stade ?

Etablir une routine : les devoirs doivent être une priorité dans le déroulement de « l’après école ». Pour éviter qu’ils ne deviennent source de conflit et d’angoisse, la mise en place d’une routine est essentielle. Commencer à la même heure, dans le même lieu (salon, cuisine, chambre) est rassurant pour votre enfant, même s’il bougonne pour s’y mettre. Il s’agira, après une demie-heure de goûter et de bavardage, d’ouvrir le cartable et de balayer l’agenda ensemble pour établir ce qui doit être fait. A partir de là, vous pouvez le laisser seul.

Créer un espace de travail favorable : si votre enfant a un bureau et aime travailler seul, il lui sera utile d’avoir un bureau rangé et sobre, sans jouets ou bibelots à portée de main. Si votre enfant apprécie votre compagnie ou est trop jeune, il est tout à fait possible de le faire travailler au salon ou la cuisine sur une table dégagée, avec son matériel déjà préparé à l’avance. Evitez la musique ou les informations à la radio qui pourraient le distraire.

Commencer par ce que l’on aime le moins : souvent, un enfant qui ne veut pas se mettre à travailler est préoccupé (nous développerons cet aspect dans un article ultérieur), ou découragé à l’avance par une tâche qu’il redoute. Identifiez-là avec lui et rassurez-le : vous pouvez établir un temps raisonnable pour la réaliser (ex : 15 minutes pour mémoriser une strophe de poésie) et lui proposer votre aide après ce temps-là. Si jamais ce n’est pas suffisant, encouragez-le à s’adresser à son enseignant(e) dès le lendemain.

Ainsi géré, le devoir paraît moins contraignant et votre enfant a la satisfaction de se sentir soulagé de celui-ci dès le début de son temps de devoirs.

Etre un exemple pour votre enfant : si vous voulez que votre enfant soit efficace, il faut, bien sûr lui montrer l’exemple. S’il voit que vous vous mettez à la tâche avec énergie et sans attendre, il ne pourra que s’en inspirer. Et gardez confiance ! Si vous avez l’impression que votre exemple ne l’influence pas aujourd’hui, vous aurez peut-être une bonne surprise dans quelques années !

A retenir :

  • Etablir une routine
  • Créer espace de travail favorable 
  • Commencer par ce que l’on aime le moins
  • Etre un exemple pour votre enfant

Une partie de ces conseils est tirée de l’ouvrage de Bernadette Dullin Au secours, mon enfant a des devoirs ! aux éditions Hugo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.